CLEMENTINE DELAIT

CLEMENTINE DELAIT

Clémentine naît le 5 mars 1865 à Chaumousey, dans le département des Vosges, de parents agriculteurs. Son enfance est marquée par les travaux des champs. À partir de la puberté, sa pilosité commence à se développer plus que la normale, elle commence alors à se raser régulièrement.

Le 25 avril 1885, à vingt ans, elle épouse à Chaumousey Joseph Delait, boulanger à Thaon-les-Vosges, et sert les clients de la boulangerie.
Cependant, Joseph ne pouvant pas continuer son métier de boulanger, le couple ouvre alors un débit de boisson et Clémentine est derrière le comptoir à servir les clients. Tout comme à la boulangerie, la clientèle est alors nombreuse. Femme de caractère et charpentée, Clémentine est apte à tenir son bar et à en sortir les clients turbulents.

C'est en 1901 à Thaon-les-Vosges suite à un pari avec un client du troquet, que Clémentine Delait laisse pousser sa barbe qu'elle rasait chaque jour depuis sa puberté. C'est un succès, L’estaminet est rebaptisé « Café de la femme à barbe » et la clientèle décuple. On vient de tous les environs et même de Nancy pour admirer la patronne velue et rire des injures que Coco, son perroquet, lance aux clients…
Cette barbe, Clementine Delait la conservera jusqu'à son dernier souffle. 


Sa célébrité prend une ampleur nationale lorsqu'elle s'enrôle dans la Croix-Rouge durant la Première Guerre mondiale et devient la mascotte des Poilus.
Au lendemain de la guerre, le couple accompagné de Fernande, une orpheline de guerre adoptée à cinq ans, ouvre une mercerie à Plombières, Joseph étant trop malade pour tenir à nouveau un bar. Comme lors de ces précédents métiers, la clientèle se presse. C'est à cette période que Phineas Taylor Barnum, le célèbre directeur de cirque spécialisé dans les phénomènes de foire, propose à Clémentine de le rejoindre pour la somme de trois millions de francs, offre qu'elle décline. Devenue veuve en 1928, Clémentine se consacre désormais pleinement à sa célébrité tout en rouvrant un bar à Thaon-les-Vosges. Là, elle propose des spectacles de cabaret dont elle est la vedette, déguisée et accompagnée de sa fille et d'un perroquet. Les clients viennent alors de la France entière et même d'Angleterre et d'Irlande pour la voir.

Appréciée de tous pour sa gentillesse et sa douceur, courtisée mais toujours fidèle à son mari qu'elle aima toute sa vie, pêcheuse de brochets gigantesques, redoutée des lions, forte comme un Hercule, redresseuse de torts dans le petit monde des ivrognes... Clémentine Delait décèdera à Épinal le 19 avril 1939 d'une crise cardiaque. 

Son épitaphe, comme elle l'a souhaité, est2 :
« Ici gît Clémentine Delait, la Femme à Barbe »

Clémentine Delait fut un personnage, et quel personnage. 😍

Sale

Unavailable

Sold Out